L’IMPACT DE L’ALCOOL SUR LA RECUPERATION

Participez à la discussion

La majorité d’entre nous prenons un verre de temps en temps et pour la majorité d’entre nous il n’y a que très peu de raisons de ne pas s’accorder quelques petits verres avec des amis, du moment que cela ne devient pas régulier (et que la consommation d’alcool est raisonnable bien entendu). La majorité d’entre nous avons aussi fait l’expérience d’un entrainement en lendemain de cuite et savons quels effets à court terme cela a eu sur l’entrainement (fatigue, manque de motivation, manque de force, endurance bien plus faible, fortes sudations…). Cependant ici nous allons nous concentrer sur les effets d’une consommation d’alcool même modérée sur l’organisme et la récupération et répondre à cette question : un verre occasionnel a-t-il un effet substantiel sur les performances sportives ?

La première chose à considérer est que l’alcool rend moins inhibe, ce qui nous pousse certes à rigoler plus facilement et à s’amuser mais aussi à consommer plus de malbouffe. Pour monsieur tout le monde cela n’est pas vraiment un problème mais pour tous ceux qui ont une diète sérieuse cela l’est beaucoup plus. En plus de cela non seulement la nourriture est plus grasse mais l’alcool est en lui-même une boisson très calorique. Avec 7kcal par gramme combinés a des snacks (chips, mini-saucisses au ketchup, saucisson…) ou à un repas (pizza, hamburger, ailes de poulet fries…) une soirée entre amis peut facilement devenir le pire cauchemar de vos abdominaux rêvés. Sauf bien entendu si vous arrivez à faire rentrer ces excès dans votre diète.

L’une des règles d’or de la perte de poids cependant est : tu ne boiras pas de calories ! Les calories consommées doivent êtres celles que vous mangez et non celles que vous buvez (sodas, lait, alcool…) et cela prévaut d’autant plus quand il ne s’agit pas de boissons ayant un impact positif sur votre récupération.

Nous savons tous à quel point le sommeil est important. Dormir permet à votre corps de réparer les tissus endommagés, réduire le stress hormonal et à garder un bon rythme métabolique. Cependant l’alcool même dans des doses relativement faibles a tendance à conduire à un sommeil plus agité, à des interruptions et à un sommeil moins profond. La fatigue qui en découle aura donc un impact direct sur votre récupération.

La consommation d’alcool après un exercice intense (ce qui arrive souvent chez les sportifs après un match pour fêter une victoire) a aussi un impact direct sur la récupération. En effet la consommation d’alcool après l’effort réduit la production de protéines permettant à votre organisme de récupérer.

L’alcool a aussi été lié par plusieurs études à l’inflammation des tissus, ce qui a pour résultat une dégradation plus importante des tissus musculaires et une reconstruction plus difficile / lente.

Alors au final est-ce que nous vous conseillons de ne plus jamais boire d’alcool ? Dans un monde parfait oui mais tenir dans le temps est le plus important et garder un équilibre entre le sport et la vie sociale aide énormément à pratiquer ce sport longtemps. Dans ces conditions nous vous conseillerions de ne pas consommer d’alcool plus d’un jour par semaine et n’oubliez pas comme l’a dit un jour Ted : « Rien de bon n’arrive après 2h du matin ».

Les commentaires sont fermés.