Les avantages d’un tapis de course

Participez à la discussion

 

Courir sur un tapis de course peut être déroutant et déstabilisant. Mais pourquoi existe-il tant d’adeptes ? Pourquoi courir sur un tapis de course ? Et quels sont les avantages d’en avoir un chez soi ?

Qu’est-ce qu’un tapis de course ?

Un tapis de course (ou tapis roulant) est un tapis entraîné par un moteur électrique. Ce tapis reproduit les conditions d’une marche ou d’une course. Car il permet de courir à la maison ou en salle.

Quels sont les avantages du tapis ?

Le tapis de course a de nombreux avantages, dont les suivants :
  • Pour commencer, il permet d’éviter les difficultés d’un entraînement extérieur à savoir : la circulation en ville, le manque d’éclairage, les intempéries, l’insécurité. Vous pourrez courir par tous les temps et l’excuse météo ne sera plus une excuse !
  • Est moins traumatisant pour les tendons, les articulations (chevilles, genoux), dos. Il permet de mieux amortir que le bitume.
  • Facilité d’utilisation pour intégrer une ou deux séances par semaine dans son emploi du temps.
  • Permet de reproduire une gestuelle proche de celle de la course (est inclinable pour reproduire les côtes ce qui permet de faire travailler davantage de muscles et donc de dépenser plus de calories)
  • Ensuite, il permet d’observer un maximum de paramètres et de diversifier ses entraînements grâce à la console : contrôle de la fréquence cardiaque, des calories, de la vitesse, du temps, de la distance.
  • Offre une variété de programmes d’entraînement, ce qui permet d’atteindre ses objectifs de course, de paramétrer vos propres séances
  • Certes le tapis a un coût élevé, mais il a une durée de vie très longue, ce qui est rentable sur le long terme.
  • Permet de rester à la même allure car vous réglera la vitesse à laquelle vous souhaitez courir. C’est pratique pour travailler son allure constante.
  • Puis, il permet de travailler sa foulée différemment : en extérieur, il y a des obstacles (trous, bosses, changements de dénivelé). Sur un tapis, il n’y a rien de tout cela.
  • Aussi, il permet de sortir de ses habitudes et de sa zone de confort : changer d’endroit, de condition climatique et atmosphérique.
  • Est pratique pour travailler le fractionné long.
  • Permet un gain de temps : quelques minutes suffisent pour enfiler ses chaussures, allumer son appareil et s’élancer. Plus besoin de prendre sa voiture pour aller à la salle ou au parc.
  • Permet une reprise en douceur d’une activité suite à une blessure ou un accident.
  • Et enfin, l’avantage du tapis de course sur la sortie en extérieur est de permettre la reprise en douceur d’une activité telle que la marche ou la course à pied suite à une blessure ou un accident.

Que travaille-t-on sur un tapis de course ?

Les tapis de course permettent de travailler différentes parties du corps. Il est intéressant pour s’entraîner, améliorer ses performances sportives, rester en forme, affiner sa silhouette. Il est très bon pour le corps car permet de :

  • Renforcer les fessiers, cuisses et mollets, notamment en inclinant le tapis. Selon l’inclinaison, vous dépenserez jusqu’à 3 fois plus de calories !
  • Faire travailler les deux tiers des muscles du corps, presque autant que le vélo elliptique : ceinture abdominale, muscles des bras.
  • Avec la marche arrière, bien que cela puisse sembler étrange, cela impose une moins grande amplitude de mouvement aux articulations des genoux ce qui est idéal pour les personnes souffrances de ce genre de problèmes.

Quels sont les inconvénients ?

  • Pour commencer, augmentation de la température corporelle plus rapide. Pensez à vous hydrater pour régulièrement.
  • Tendance à ne plus se fier à ses propres sensations mais davantage à la vitesse imposée par le tapis.
  • Lassitude mentale plus rapide, n’hésitez pas à regarder la télévision ou mettre de la musique.
  • Est un objet relativement encombrant.
  • L’absence de résistance du vent diminue la dépense énergétique du coureur. Il est conseillé de travailler avec une inclinaison de tapis de 1%.
  • Foulée moins naturelle que lors d’une sortie dans la nature. Les sensations peuvent être différentes et les vibrations peuvent être parfois désagréables.
  • Enfin, absence du travail de la proprioception : le coureur n’a plus à se soucier des difficultés du sol (apprentissage inconscient de la position des articulations permettant de maintenir l’équilibre). Or ce travail est nécessaire pour éviter les accidents de type foulure, etc.

Pour qui ?

Pour les personnes en bonne santé. Mais cela convient aussi bien aux débutants qu’aux sportifs confirmés ou professionnels. Attention aux personnes fragiles, ayant des problèmes articulaires, musculaires, de colonne vertébrale ou manquant d’équilibre.

Un programme type ?

Vous pouvez le reproduire au minimum deux fois par semaine.

  • 10-15 minutes: échauffement en marche rapide ou en course légère.
  • 25-35 minutes: corps de séance à rythme régulier (70% de la fréquence cardiaque maximale).
  • 5-10 minutes: retour au calme en marche rapide.
  1. NB. Pensez à respirer de manière régulière. Inspirez par le nez et soufflez par la bouche. Le temps d’inspiration et d’expiration doit être identique.

Comment bien choisir son tapis de course ?

  • Tout d’abord, il doit être muni d’un ordinateur de bord : affiche toutes les données nécessaires à l’entraînement : vitesses, calories perdues, temps de course, distance parcourue, pulsations cardiaques.
  • Moteur : plus il sera puissant, moins il s’usera. Ne choisissez pas un tapis dont la puissance du moteur est inférieure à 2,5 CV.
  • Bande de roulement : plus la surface de course est étendue, mieux ce sera. Avec la fatigue, rester au milieu du tapis peut être un exercice difficile. Prenez-en avec une bande large d’au moins 45 cm.
  • Inclinaison : de 0 à 15% selon les modèles.
  • Travail du fractionné possible sur un tapis mais présente certaines limitations. Il faut être sûr que le réglage de la vitesse soit automatique et non manuel.

Et d’ailleurs, le fractionné c’est quoi ?

Chaque répétition est composée d’une marche rapide de 60 secondes, suivie d’une course de 30 secondes, puis d’un sprint de 15 secondes, avec une lente marche de récupération entre chaque répétition.

 

On vous laisse retrouver tous nos autres articles sur The Core !

Article écrit par Sandrine Dominiak

https://www.instagram.com/sangdrou_fitness/

 

 

Les commentaires sont fermés.