Tous les bienfaits du pollen !

Participez à la discussion

Tout d’abord, qu’est-ce que le Pollen ?

Le pollen est la partie fécondante de la fleur, appelée la semence mâle. C’est une poudre contenue dans les anthères des fleurs (les parties renflées de l’extrémité de chaque étamine), qui se répand dans l’atmosphère lorsque celles-ci éclatent à maturité. Cette poudre est naturellement transportée par le vent ou les insectes pollinisateurs sur les stigmates d’autres fleurs pour germer : c’est la fécondation des végétaux.

Quelles en sont les propriétés ?

Le pollen stimule les systèmes nerveux et endocriniens, et participe à la désintoxication du système digestif et urinaire, ainsi qu’à la minéralisation des os et des tissus. Il permet d’entretenir la flore intestinale. D’une manière générale, il est proposé pour les indications suivantes :

• Stimulant de l’organisme
• Fortifiant
• anti-allergène
• les états de fatigue physique, nerveuse et mentale (les déprimés peuvent le considérer comme un tonique) ;
• le vieillissement prématuré avec des carences en vitamines et minéraux (stress oxydatif, ostéoporose, problèmes de vision…) ;
• il régule aussi le pH sanguin ;
• les problèmes digestifs (constipations, colites, manque d’appétit, ballonnements…) ;
• les problèmes endocriniens relatifs à la prostate et au pancréas principalement ;
• la baisse de l’immunité et la prévention des maladies cardio-vasculaires ;
• la croissance des enfants (fortifiant)

Le pollen peut aussi être utilisé en externe dans les produits de soin de la peau, ou encore en pommade. Il améliore l’éclat, la beauté et la tonicité de la peau et des cheveux. En pommade, il est efficace en cas de dermatoses et de catarrhes (inflammations aiguës ou chroniques des muqueuses avec hypersécrétions).

Peut-on consommer du pollen lorsque l’on est allergique aux pollens de l’air ?

La réponse est oui ! Il existe deux types de pollen : les pollens allergisants, transportés par le vent, et les pollens alimentaires, que les abeilles récoltent. Mais ce n’est pas parce qu’une personne réagit au pollen de l’air, par une rhinite par exemple, qu’elle réagira au pollen de manière systématique.

Les commentaires sont fermés.